fbpx
L’industrie européenne du tourisme se prépare à une «nouvelle normalité» post-COVID-19

L’industrie européenne du tourisme se prépare à une «nouvelle normalité» post-COVID-19

L’industrie du voyage et du tourisme, qui représente 10% du PIB de l’Union européenne et fournit des emplois à près de 12% de l’ensemble de la main-d’œuvre de l’UE, est en chute libre et connaît une baisse choquante de ses effectifs.

De Paris à Barcelone, avec tous les vols internationaux cloués au sol, les événements touristiques annulés ou reportés, et les hôtels, musées, théâtres, restaurants, bars et discothèques fermés, les hotspots touristiques du continent autrefois envahis par les visiteurs internationaux ont été désertés, silencieux et désolés au milieu du coronavirus pandémie.

Selon Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur, l’économie touristique du bloc, qui a été le premier secteur touché par la pandémie, pourrait s’effondrer jusqu’à 70% et sera parmi les dernières à se redresser.

Une enquête de l’Institut grec de recherche et de prévisions touristiques (ITEP) publiée à la mi-avril a montré que 65% des hôteliers disent qu’ils sont susceptibles ou très susceptibles de voir leurs hôtels faire faillite, tandis que 95% des répondants estiment que les revenus devraient baisser d’au moins 56% cette année.

« D’une manière générale, c’est une année presque perdue », a déclaré Yiannis Retsos, président de la Confédération grecque du tourisme (SETE). Il a prédit que la Grèce pourrait avoir la capacité de récupérer la plupart des pertes en 2021 et de revenir aux niveaux record de 2018-2019 en 2022.

En Italie, l’association touristique du pays a déclaré dans un communiqué publié le 30 mars que la reprise du marché n’aura pas lieu avant le début de 2021, et que la pandémie a ruiné « quelque 60 ans de tourisme ».

En Espagne, où les données publiées par l’Institut national de la statistique (INE) ont montré que le tourisme en 2018 représentait 12,3% du PIB du pays et représentait 15% de la population active totale, tous les hôtels ont été condamnés à fermer au plus tard le 26 mars.

Exceltur, l’organisation qui représente l’intérêt des hôteliers espagnols, a prédit que dans le pire des cas où les mesures de verrouillage ne pourraient être totalement levées avant la fin de l’année, le secteur du tourisme pourrait perdre 124,2 milliards d’euros (136 milliards de dollars) en 2020.

En France, une baisse générale de la demande, liée au trafic et aux annulations d’événements, a contraint à l’arrêt le secteur de l’hôtellerie et de la restauration (moins 90% de l’activité) et les voyagistes (moins 97% des réservations), selon une note de tendance publiée dans Avril par l’INSEE.

Au-delà du plan général de soutien aux entreprises, le gouvernement français a lancé des mesures spécifiques pour aider le secteur du tourisme. Pourtant, la plupart des professionnels voient un climat des affaires s’assombrir: 85% d’entre eux estiment que la crise durera au moins six mois, tandis que 80% ne s’attendent pas à un retour à leur niveau d’activité d’ici huit à douze mois, voire au-delà, a indiqué l’INSEE. note de tendance.

Étant donné que la possibilité de voyager gratuitement à travers l’Europe à un stade précoce est éloignée, le tourisme dans la plupart des pays serait dominé par les voyageurs nationaux une fois que les blocages seront desserrés, selon les experts.

Didier Arino, directeur du cabinet de conseil touristique français Protourisme, a prédit qu’avec les voyages transnationaux ne devant pas reprendre à court terme, le tourisme cet été sera «franco-français».

En Autriche, il y a déjà eu une discussion concrète sur quand et où partir en vacances d’été. Le chancelier Sebastian Kurz a annoncé lors d’une conférence de presse à Vienne: «Pour ma part, j’ai déjà pris ma décision. Je passerai mes vacances en Autriche si des vacances sont possibles et je ne peux que recommander aux Autrichiens de faire de même. »

Le ministre italien du Tourisme, Dario Franceschini, a déclaré cette semaine qu’il était peu probable que les visiteurs étrangers reviennent en Italie en grand nombre avant l’année prochaine, et qu’il pourrait être 2023 avant que le secteur ne se rétablisse complètement. Selon Franceschini, la première vague de touristes sera celle des Italiens qui resteront près de chez eux.

Le ministre a dévoilé plusieurs initiatives pour y parvenir, notamment une prime de vacances de 500 euros par famille réservée aux voyages intérieurs et des crédits d’impôt pour les dépenses liées aux vacances. De multiples initiatives sont en cours pour aider à atténuer le coup économique pour les propriétaires d’hôtels et de restaurants.

« Nous investissons fortement dans le tourisme intérieur », a déclaré Franceschini dans un communiqué. « Ce sera un été de vacances en Italie. »

En Suisse, le gouvernement a jusqu’à présent accordé des prêts au secteur du tourisme et des indemnités de chômage partiel. Il envisage également des programmes de promotion régionale, qui se concentreraient sur les clients nationaux avant d’essayer d’attirer des touristes de l’étranger, selon le Secrétariat d’État aux affaires économiques (SECO).

Pour promouvoir le tourisme intérieur, l’Agence hongroise du tourisme (MTU) a produit un court métrage promotionnel touristique destiné au public local. La Grèce a également lancé une campagne promotionnelle similaire intitulée «La Grèce depuis chez soi».

Le secteur du tourisme sera confronté à un retour progressif à mesure qu’une «nouvelle norme» émerge avant qu’un vaccin ne soit disponible à grande échelle, selon un communiqué publié par le World Travel and Tourism Council (WTTC), basé à Londres.

La nouvelle norme comprendrait des normes et des protocoles tels que la distance sociale dans les aéroports, les masques à bord, l’enregistrement numérique, le paiement sans contact et une hygiène rigoureuse, entre autres.

CATEGORIES
Share This
AmicaleMag

GRATUIT
VOIR